L’histoire du client

De :
Jacques Hardy
Date :
26 août 2013
À :
Bill et Sandy Hopper
Objet :
Mise à jour sur Hopper c. Summervale Camp et besoin d’instructions
Chers Bill et Sandy,

Je m’excuse pour ce long courriel, mais il y a une question urgente que nous devons régler.

L’avocate de Summervale a demandé qu’Andrew assiste à une étape appelée « interrogatoire préalable ». Vous vous rappellerez que nous avons parlé du processus de litige et des diverses étapes que nous aurions à franchir pour obtenir un règlement dans l’affaire d’Andrew (vous pouvez consulter la feuille de renseignements généraux que je vous ai donnée). Nous avons parlé de la possibilité qu’on vous demande à vous deux ou qu’on demande à Andrew d’assister à un interrogatoire préalable pour répondre à des questions concernant l’accident et l’étendue des blessures d’Andrew. Cela fait partie du cours normal d’un litige et les défendeurs ont le droit d’obtenir le plus de renseignements possibles au sujet d’une réclamation, en partie pour pouvoir déterminer s’il est préférable de régler l’affaire plutôt que de recourir aux tribunaux. Or, lorsque nous en avons parlé en avril, vous vous êtes dits inquiets que les symptômes de TAG d’Andrew s’aggravent s’il devait répondre à des questions.

L’avocate de Summervale insiste maintenant pour qu’Andrew assiste à un interrogatoire préalable. Jusqu’à présent, il s’agit d’une demande informelle, mais si nous n’acceptons pas celle-ci, elle déposera une demande auprès du tribunal. Nous devrons y répondre de façon formelle.

Nous devons décider de la façon dont nous devrions aborder cette demande et répondre à toute motion visant à contraindre Andrew à comparaître à l’interrogatoire préalable. Quel est l’état actuel d’Andrew? Est-il capable de répondre à des questions au sujet de l’accident? Je crois comprendre que Dre James est à l’étranger pendant un certain temps; cela pourrait nous causer quelques difficultés, si elle n’était pas disponible pour nous aider à répondre formellement à la demande d’interrogatoire préalable.

Nous effectuons actuellement des recherches approfondies quant à savoir si et pour quels motifs nous pouvons demander au tribunal d’exempter Andrew de l’obligation de répondre à des questions, ainsi que sur ce que nous pouvons faire en l’absence de Dre James. Je vous informerai du résultat de ces recherches dès que je le pourrai.

Mon adjoint, Roger, vous appellera pour fixer un rendez-vous cette semaine si possible.

Jacques Hardy
De : Bill Hopper
Date : 27 août 2013
À : Jacques Hardy
Objet : Mise à jour sur Hopper c Summervale Camp

Cher Jacques,

Andrew n’est toujours pas capable d’être interrogé par un avocat. Il y a deux semaines, Dre James m’a dit qu’il allait avoir besoin de beaucoup de thérapie pour retrouver l’état où il se trouvait avant l’accident. Il ne peut pas en parler, même avec nous ou Dre James.

Nous vous donnons pour instruction de refuser l’interrogatoire préalable d’Andrew. Vous devez protéger Andrew. Il ne peut être forcé à revivre l’accident. Bien entendu, nous n’avons pas mentionné cette possibilité à Andrew et nous nous en abstiendrons aussi longtemps que possible. Cependant, je dois vous dire que toute cette affaire pèse de plus en plus lourd sur nous. Sandy ne dort pas du tout et j’ai recommencé à fumer après avoir arrêté il y a 10 ans. Le stress nous affecte tous.

De plus, nous cherchons désespérément de l’aide pour Andrew. Dre James était merveilleuse et faisait de véritables progrès avec Andrew. Toutefois, elle vient de quitter pour l’Écosse, parce que son père est mourant. Elle pense qu’elle pourrait être absente pendant quelques mois. Elle a demandé à un collègue de continuer à traiter Andrew, mais les choses ne vont pas très bien. Je crois qu’il régresse.

Nous sommes au bout du rouleau. Andrew aura besoin d’aide pendant toute sa vie, donc nous poursuivons évidemment l’affaire pour obtenir des dommages-intérêts pour lui, mais nous sommes si inquiets de mettre sa santé en péril avec le litige même. Je ne sais pas comment nous pourrons nous en sortir.

Nous serons à votre bureau le 30 à 14 heures.

Bill Hopper